du 08 février au 05 mars 2017

Hélène est une femme d’affaire débordée par son travail et sa famille. Au bord de l’implosion, elle tente désespérément de donner le change par un optimisme forcené. Loulou est mère célibataire, elle travaille dans un magasin de lingerie, ignore le monde qui l’entoure, et n’aime que son fils. Gabrielle est seule et enchaîne les amours catastrophiques. Un matin de septembre, ces trois femmes que rien ne destinait à se rencontrer se retrouvent dans l’arrière-salle d’un café parisien… pour ne se quitter que le lendemain.

Un burn-out et une tempête de neige plus tard, la vie semble avoir pris un tout autre cours. Ce qui s’annonçait comme une journée pourrie à tous points de vue, deviendra un des moments les plus joyeux de leur existence.

Durée du spectacle : 1h25.

CALENDRIER DES REPRÉSENTATIONS

Pour réserver, cliquez sur le segment rouge ou orange de la date souhaitée dans le calendrier.

représentation en matinée (15h)
représentation en soirée (20h15)

DISTRIBUTION

Avec Christel Pedrinelli, Cécile Florin, Sophie Delacollette et Frédéric Nyssen
Mise en scène Fabrice Gardin
Décor et costumes Lionel Lesire
Lumières Félicien van Kriekinge

QUELQUES PHOTOS

POUR EN SAVOIR PLUS

Trois femmes et un homme vont rejouer devant nous le spectacle éternel des regrets et des amours déçues. Une comédie légère mais qui s’ouvre aux grandes questions de notre temps.

Brigitte Buc propose une rencontre intense avec nos semblables. On est heureux d’être si joyeusement malheureux avec eux. Un temps de chien est un arc-en-ciel…

Trois femmes au bord de la crise de nerfs et un garçon de café à l’abord désagréable dans l’arrière-salle d’un bistrot. Dehors, en plein mois de septembre, à Paris, une tempête de neige fait rage, les retenant prisonniers à l’intérieur… le décor est planté. Le huis clos s’installe. Les regards se croisent et les langues se délient. Un temps de chien est une plongée directe dans le monde d’aujourd’hui.

C’est que la pièce, écrite par Brigitte Buc, ne laisse rien passer des grands thèmes qui agitent notre société, même si elle le fait par incidence, de biais, sans idéologie et sans démonstration, par le prisme de trois femmes à l’abandon. Apparaissent, ici, comme une impression sur une toile de fond : les dérèglements climatiques, la violence des rapports sociaux, les injustices du monde du travail, la crise du couple et de la quarantaine, la difficile éducation des enfants et… l’inefficacité des thérapies censées nous faire supporter tout ce mal-être contemporain.

C’est dans le simple dialogue de ces trois femmes et de cet homme aussi paumé qu’elles que la pièce finit par embrasser nos préoccupations. Mais ce qui la rend forte, pertinente, efficace, c’est que tous ces êtres et tous ces thèmes passent au filtre de la comédie.

Un temps de chien prend résolument le parti du rire. Un rire pour mieux se protéger des autres et de soi. Un rire de protection, de soulagement. Un rire porteur d’espoir, qui laisse aussi de la place à l’expression d’une certaine mélancolie, d’une certaine humanité retrouvée…