d'Eric Assousdu 18 juillet au 1er septembre 2019

Durée de la représentation : 1h30 sans entracte.

La nouvelle pépite d’Éric Assous (« Les belles-soeurs », « Les hommes préfèrent mentir », « Nos femmes »,…) oscille, pour notre plus grand plaisir, entre satire et vaudeville, relevant le défi de nous faire rire tout en nous amenant à réfléchir sur nos rapports aux autres, sur le politiquement correct et sur les limites de l’amour et de l’amitié.

Le calendrier avec les coordonnées des lieux des représentations est disponible ici au format pdf

CALENDRIER DES REPRÉSENTATIONS

Pour réserver, cliquez sur le segment rouge ou orange de la date souhaitée dans le calendrier.
Prenez contact directement avec le lieu de représentation pour réserver durant la tournée des Châteaux.

représentation en matinée (15h)
représentation en soirée (20h15)

Le calendrier avec les coordonnées des lieux des représentations est disponible ici au format pdf

DISTRIBUTION

Avec Christel Pedrinelli, Nicole Oliver, Frédéric Nyssen, David Leclercq, Pierre Pigeolet (en juillet) et Nicolas Buysse (en août).
Mise en scène : Martine Willequet
Costumes : Ronald Beurms

Le calendrier avec les coordonnées des lieux des représentations est disponible ici au format pdf

QUELQUES PHOTOS

POUR EN SAVOIR PLUS

Un talent sûr, un sens des dialogues qui ont l’apparence du naturel mais qui sont très bien ciselés, des personnages qui possèdent une épaisseur humaine. Dans cette pièce, on retrouve les thèmes qu’Éric Assous puise dans notre société. Des thèmes éternels tels que l’amour et le couple, mais actualisés selon les mœurs de notre époque. Avec « L’Heureux Élu », il nous conduit chez des quadragénaires bien établis, des bourgeois vaguement bohèmes.

Charline est heureuse : elle va épouser l’homme de sa vie ! Avant de le présenter à ses meilleurs amis, elle précise qu’il est un peu spécial. En effet, il est beau, riche, raffiné mais il pense « différemment » …

Que faire ? Respecter son choix, négocier ou rejeter « l’heureux élu » ? Éric Assous abat ses cartes méthodiquement. Il ne juge personne. Il observe ses personnages avec une bienveillance non dénuée d’ironie.

La nouvelle pépite d’Éric Assous (« Les belles-sœurs », « Les hommes préfèrent mentir », « Nos femmes »,…) oscille, pour notre plus grand plaisir, entre satire et vaudeville, relevant le défi de nous faire rire tout en nous amenant à réfléchir sur nos rapports aux autres, sur le politiquement correct et sur les limites de l’amour et de l’amitié.