De Philippe LelloucheDu 13 février au 9 mars 2008

Fabrice, chef de cabinet ministériel, marié et père de famille; Pascal, en instance de divorce; et Jules, comédien et célibataire; tous trois à l’aube de la quarantaine, se réunissent chaque semaine pour manger ensemble. Soudés et complices depuis le lycée, chacun était tombé sous le charme de Margaux, la bombe de l’école. A l’un de leur repas, Jules annonce l’arrivée imminente de Margaux. L’effet de surprise passé, les pronostics vont bon train : ce soir que le meilleur gagne…

Cette pièce fine et piquante sort des sentiers battus et nous envoie une bouffée de jeunesse. Entre souvenirs et confidences, jeux de mots et petites vannes bien senties mais toujours tendres, cette heure et demie de spectacle s’égrène à un rythme soutenu. Un texte divertissant et intelligent.

CALENDRIER DES REPRÉSENTATIONS

Pour réserver, cliquez sur le segment rouge ou orange de la date souhaitée dans le calendrier.

représentation en matinée (15h)
représentation en soirée (20h15)

DISTRIBUTION

Fabrice Pierre Pigeolet
Pascal Luc Gilson
Jules Nicolas Buysse
Margaux Cloé Xhauflaire
Mise en scène David Michels
Décors Francesco Deleo
Costumes Fabienne Miessen

QUELQUES PHOTOS

POUR EN SAVOIR PLUS

Un trio de bons copains de lycée, toujours soudés et complices à l’aube de la quarantaine, se retrouve chez le célibataire endurci du lot pour une petite soirée bien sympa, d’autant plus qu’il annonce à ses deux compères la venue de Margaux, qui a occupé leurs pensées, rêves et fantasmes entre la seconde et la terminale. Mise au point très claire entre les copains : ce soir que le meilleur gagne !

Cette pièce parfaitement enlevée, fine et piquante, sortant des sentiers battus, nous envoie une bouffée de jeunesse. Il n’est pas difficile de s’identifier aux acteurs, il suffit d’avoir été au lycée (mixte de préférence) et d’y avoir eu nos premiers émois ! Entre souvenirs et confidences, jeux de mots et petites vannes bien senties mais toujours tendres, cette heure et demie de spectacle est un bonheur.

Rythme, humour, l’atmosphère est drôle et intelligente, on rit tout en se posant des questions finalement essentielles.

Le concept « deux hommes, une femme », peut être d’une banalité affligeante. Le concept « trois hommes, une femme », est déjà plus audacieux.

Mais le concept « trois hommes, une femme et un hiatus », est irrésistiblement imprévisible.

Dans la pièce de Philippe Lellouche, au delà de l’apparente légèreté des personnages, existe, pour chacun de ces trois garçons, une froide et impitoyable réalité à laquelle ils vont être confrontés. Peurs, tabous, dérision ! Vont-ils être capables d’aller, êtres humains sincères, un peu plus loin, là où le souvenir, le flux des émotions véritables vont les conduire ? Au jeu de la vérité, seule la vérité compte.

Imaginez la découverte de leur personnalité par ces trois « flambeurs » de la vie. Imaginez le plaisir de voir arriver cette jeune femme, qui, tel un oiseau frondeur et immobile, va être le révélateur de chacun de ces trois garçons à la quarantaine plus ou moins flamboyante.

Elle brise quinze ans de souvenirs, quinze ans de désirs inavoués et fait exploser les certitudes de ces trois amoureux.

Cela aurait pu s’intituler « les copains d’abord », mais au bout du compte ce sont « les copains encore et pour toujours ? »

L’ AUTEUR

Philippe Lellouche

Philippe commence par des études de journalisme, il fait de la radio et obtient même son émission sur France Inter. Poursuivant sa carrière, il devient grand reporter à Envoyé Spécial, le magazine d’investigation de France 2. Lors d’un reportage sur le karaoké, il rencontre un agent qui lui propose de devenir comédien.

Très rapidement, il obtient quelques rôles à la télévision « Une femme d’honneur », « Jacotte », « Toutes les femmes sont des déesses », « PJ », « la Tratoria », « Docteur Sylvestre », et au cinéma dans « Meet the baltringues » de François Gérard, « Lise et André » de Jean-Pierre Dercourt, « Moi, Karla Verdi » d’Olivia O’Conelly, « Michel Vaillant » de Louis-Pascal Couvelaire, « Narco » de Tristan et Gilles; C’est d’ailleurs sur le tournage de « Michel Vaillant », film produit par Luc Besson, que Maurice Illouz, le producteur exécutif, le pousse à écrire son spectacle, qui deviendra « Un One-Man-Show à 3 », joué plus de 180 fois dans des théâtres parisiens.

Cette expérience lui donne envie d’écrire, encore et toujours, mais cette fois il ne veut pas être seul sur scène. Ainsi naît la trame de la comédie « Le Jeu de la Vérité ».

« C’est avant tout une histoire d’Amitié…

Me retrouver seul sur scène m’a donné l’envie de partager avec d’autres comédiens, j’ai toujours aimé écrire, j’en ai fait mon métier de base ! Alors, je me suis lancé tête baissée dans l’aventure… Consolidé par la présence à mes côtés des personnages qui prenaient vie et auxquels j’ai rapidement pu donner une identité de comédien.

Ces 3 jeunes quadras, dont je fais partie, se souviennent de leur amour de jeunesse et font un point sur leur vie, leur amour, leur carrière… A travers leurs retrouvailles avec Margaux, leur sens des valeurs va être bouleversé; un événement imprévu fait que tout au long de la pièce ces trois grands gaillards vont voir leur vision de la vie chamboulée. Ce que les années n’ont pas réussi à faire, cette rencontre leur apportera. »

Philippe Lellouche