Feydeaudu 18 avril au 13 mai 2018

Dans un décor seventies et au son de la musique disco d’un DJ trônant sur scène, les onze comédiens d’une vigueur époustouflante sont entraînés dans une mécanique précise et rythmée comme du papier à musique. Emprunte d’une modernité étonnante, la mise en scène rit de la bassesse du genre humain en soulignant toute la dimension sexuelle et jouissive du maître du théâtre français sans en oublier le mot d’ordre et l’essence : nous faire rire à nous en décrocher la mâchoire !

CALENDRIER DES REPRÉSENTATIONS

Pour réserver, cliquez sur le segment rouge ou orange de la date souhaitée dans le calendrier.

représentation en matinée (15h)
représentation en soirée (20h15)

DISTRIBUTION

Avec Myriem Akheddiou, Hélène Catsaras, Frédéric Clou, Perrine Delers, Julie Lenain, Othmane Moumen, Frédéric Nyssen, Nicolas Ossowski, Pierre Poucet, Florence Roux, Simon Wauters et le DJ Fahd Moumen.
Mise en scène Thibaut Nève
Création lumières Laurent Comiant

QUELQUES PHOTOS

POUR EN SAVOIR PLUS

Deux jeunes femmes qui ont juré de prendre un amant si jamais elles étaient trompées, deux noceurs invétérés prêts à leur rendre ce service, une Anglaise exubérante qui menace de se suicider, un Londonien à l’accent marseillais, un médecin-major retraité et sa femme sourde comme un pot, une cocotte, des grooms et un commissaire de police : Feydeau réunit tout ce petit monde dans son chef d’œuvre incontesté et les jette dans une course haletante au milieu des portes qui claquent pour notre plus grand plaisir. S’en suit une multitude de péripéties, de confusions, de rebondissements, de femmes cachées dans le placard, de maris empêtrés, et tout cela dans une seule chambre d’hôtel…

Le matin suivant, c’est l’heure des comptes… Qui sera le dindon de la farce ?

Dans un décor seventies et au son de la musique disco d’un DJ trônant sur scène, les onze comédiens d’une vigueur époustouflante sont entraînés dans une mécanique précise et rythmée comme du papier à musique. Emprunte d’une modernité étonnante, la mise en scène rit de la bassesse du genre humain en soulignant toute la dimension sexuelle et jouissive du maître du théâtre français sans en oublier le mot d’ordre et l’essence : nous faire rire à nous en décrocher la mâchoire !